Rechercher dans ce blog

samedi 20 mai 2017

31 écoles publiques Palestiniennes portent les noms de terroristes et de collaborateurs nazis

Bulletins PMW
Rapport spécial: les écoles publiques Palestiniennes  [sous l'autorité du gouvernement de Mahmoud Abbas] baptisées d'après des terroristes et des collaborateurs nazis
   
Rapport spécial: les écoles publiques Palestiniennes baptisées d'après des terroristes et des collaborateurs nazis
 Par Itamar Marcus

Lorsque le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, a rencontré le président Donald Trump à la Maison Blanche, Abbas a déclaré que les Palestiniens enseignaient à leurs enfants et leurs petits-enfants «une culture de la paix».

Mais Abbas adoptant une« culture de la paix » à Washington n'a pas de sens quand ses écoles à Ramallah adoptent la culture de la haine. Comme  l'a déjà dénoncé Palestinian Media Watch , le Gouvernement Palestinien enseigne systématiquement aux enfants palestiniens à haïr les Israéliens et les incite à la haine et à la violence antisémiteCe rapport spécial démontre que même les noms choisis par le gouvernement palestinien pour les écoles publiques encouragent les enfants à voir les terroristes en tant que modèles à imiter.

L'Autorité palestinienne a baptisé au moins 28 écoles d'après des terroristes et au moins 3 écoles d'après des collaborateurs nazis.
Voici le rapport complet:


Des Écoles Publiques Palestiniennes
Baptisées d'après des terroristes et des collaborateurs nazis
  • 28 écoles publiques palestiniennes portent le nom de terroriste
  • 3 écoles publiques palestiniennes portent le nom de palestiniens collaborateurs des nazis

Par Itamar Marcus et PMW
Le ministère de l'Éducation de l'Autorité palestinienne a baptisé au moins 28 écoles d'après des terroristes et 3 autres écoles d'après des collaborateurs nazis. De manière significative, le Ministère de l'éducation de l'Autorité palestinienne est directement et exclusivement responsable du nom des écoles:

«La nomination des écoles et des changements relève de la responsabilité du ministre de l'Éducation, par décision directe du ministère ou du Comité des noms». [Ma'an, agence de presse indépendante, 26 août 2015, voir aussi WAFA, agence de presse officielle de l'Autorité palestinienne le 25 août 2015]

En nommant des écoles d'après les terroristes, l'Autorité palestinienne dit avec énormément d'insistance à ses enfants que les terroristes qui ont assassiné des civils israéliens sont des modèles et des héros. 

PMW a trouvé des preuves que, dans la pratique, les étudiants qui fréquentent ces écoles se réfèrent aux terroristes en tant que des héros personnels qu'ils cherchent et aspirent à imiter.

Par exemple, l'école Shadia Abu Ghazaleh pour les filles, est nommée d'après l'une des premières terroristes palestiniennes. Elle a été tuée en 1968 quand une bombe qu'elle préparait a explosé accidentellement. C'est ce que les filles qui étudient dans l'école nommée d'après Ghazaleh, ont dit à son sujet lors d'une entrevue sur PA TV:
Animateur de télévision PA: "Que savez-vous de Shadia Abu Ghazaleh, vous qui étudiez dans une école nommée d'après elle?"
Fille 1:  "Shadia Abu Ghazaleh est un modèle de la femme patriotique ..."
Fille 2:  "Elle était un modèle de la merveilleuse combattante palestinienne. Dans cette école nous suivons son chemin ".
Fille 3:  "Nous sommes heureux que notre école porte le nom d'une célèbre martyre, qui a joué un rôle important et qui a fait quelque chose d'extraordinaire".
Fille 4:  "L'école est nommée d'après elle pour la commémorer ... et pour encourager les gens à être comme elle".
Fille 5:  "Shadia était un modèle pour nous et elle restera un modèle pour nous. Nous suivrons son chemin".






Les élèves savent pertinemment qu'ils font l'éloge et prennent comme modèle une personne qui fabriquait des bombes en vue d'attentats terroristes , car une peinture murale avec son visage et sa biographie figure en bonne place sur le mur de l'école:

"Shadia Abu Ghazaleh ... a participé à l'opération qui a fait exploser un autobus. Elle était à la maison en traiin de préparer une bombe afin de faire sauter un immeuble israélien à Tel Aviv, mais elle a explosé entre ses mains".  
[TV officielle du gouvernement palestinien,du 5 décembre 2013 et rediffusé le 9 décembre 2013]

Le Gouvernement Palestinien a nommé deux écoles d'après la terroriste Shadia Abu Ghazaleh.

Lorsque de jeunes étudiants ont été interrogés dans l'école Dalal Mughrabi, nommé d'après une terroriste qui a dirigé, dans un détournement d'autobus,  le meurtre de 37 civils, dont 12 enfants, les filles ont également exprimé leur admiration pour l'homonyme de leur école:

Fille 1:  "Dalal Mughrabi est un grand leader ... Nos mères donnent naissance à des milliers comme Dalal, et elle marche encore parmi nous ... Personnellement, je suis fière dde faire partie de l'école Dalal Mughrabi". 
Fille 2:  "L'ambition de ma vie est d'atteindre le niveau de la combattante et martyre, Dalal Mughrabi".
[TV officielle Palestinienne, le 27 mars 2014]


L'AP a nommé trois écoles d'après la terroriste Dalal Mughrabi.

Voici les écoles que l'Autorité palestinienne a nommées après les terroristes:
L'AP a nommé trois écoles après le terroriste Dalal Mughrabi .
1. L'école secondaire Dalal Mughrabi pour les filles - Gaza
2. Le lycée Dalal Mughrabi pour les filles - Al-Shuyoukh, Hebron
3. École élémentaire Dalal Mughrabi pour les filles - près d'Hébron

La terroriste Dalal Mughrabi a mené l'attaque terroriste la plus mortelle de l'histoire d'Israël, connue sous le nom de "massacre de la route côtière", en 1978, quand elle et d'autres terroristes du Fatah ont détourné un autobus sur la route côtière israélienne, tuant 37 civils, dont 12 enfants et blessant plus de 70 personnes .
  
  
  
Photo du bus après le détournement et le meurtre des passagers par Mughrabi 
(Photo: unité du porte-parole de l'Armée pour la Défense d'Israël)
  
Le gouvernement Palestinien a nommé deux écoles d'après la terroriste Shadia Abu Ghazaleh .
4. L'école Shadia Abu Ghazaleh pour les filles - Gaza
5. L'école secondaire Shadia Abu Ghazalah pour garçons - Jabaliya
La terroriste Shadia Abu Ghazaleh - L'une des premières terroristes palestiniennes, était membre de l'organisation terroriste du Front populaire pour la libération de la Palestine. Elle a été impliquée dans de nombreuses attaques contre Israël et a été tuée en 1968 en préparant une bombe pour une attaque à Tel Aviv qui a explosé accidentellement.

Le gouvernement Palestinien a nommé cinq écoles après le terroriste Abu Jihad .
6. L'École élémentaire Khalil Al-Wazir [Abu Jihad] pour les filles - Hebron
7. École élémentaire Martyr Khalil Al-Wazir pour garçons - Samu'a, Hebron
8. L'école élémentaire Martyr Khalil Al-Wazir pour garçons - Al-Yamun, Jenin
9. L'école secondaire Abu Jihad High School for Boys - Arabe, Jenin
10. L'école secondaire Abu Jihad High School for Boys - Hebron
Le terroriste Abu Jihad (Khalil Al-Wazir) a dirigé l'aile militaire de l'organisation terroriste de l'OLP et a planifié de nombreuses attaques terroristes au sein du Fatah. Ces attaques, dans lesquelles un total de 125 Israéliens ont été assassinés, ont été les plus mortelles de l'histoire israélienne: dont le détournement d'un autobus et le meurtre de 37 civils, dont 12 enfants dirigé par Dalal Mughrabi.
                                         
Le gouvernement Palestinien a nommé quatre écoles d'après le terroriste Salah Khalaf (Abu Iyad) .
11. L'école primaire Salah Khalaf pour les filles - Gaza
12. TheSalah Khalaf Junior High School - Gaza
13. École The Grandbar Abu Iyad - Rafah
14. L'école Salah Khalaf - Tulkarem (en construction)
Le terroriste Salah Khalaf (Abu Iyad) a été l'un des fondateurs de Fatah et chef de l'organisation terroriste Septembre Noir. Les attaques qu'il a préparées  comprennent le meurtre de 11 athlètes israéliens aux Jeux olympiques de Munich (5 septembre 1972) et le meurtre de deux diplomates américains au Soudan (1er mars 1973).

Le gouvernement Palestinien a nommé une école d'après le chef du mouvement terroriste , le Hamas, Ahmed Yassin.
15. L'Ecole du Martyr Ahmed Yassin pour Garçons - Jenin
Le chef du mouvement terroriste, Ahmed Yassin, a fondé l'organisation terroriste Hamas, il l'a dirigé lorsque le Hamas a été responsable de nombreuses attaques terroristes et de la mort de centaines de civils dans des attentats-suicides.

Le gouvernement Palestinien a nommé une école d'après le cofondateur d'Al-Qaïda, Abdullah Azzam.
16. École primaire pour les garçons du Martyr Abdullah Azzam - Jenin

Abdullah Azzam était le cofondateur palestinien de l'organisation terroriste Al-Qaïda et  de l'organisation terroriste Lashkar-e-Taiba au Pakistan. Azzam était un partisan du Jihad Global et la création d'un Etat islamique. Azzam a fui la Cisjordanie en 1967 et a atteint l'Arabie saoudite dans les années 1970, où il a endoctriné, à l'Université du Roi Abdul Aziz, Osama bin Laden . En 1979, Azzam a déménagé dans le nord du Pakistan, où il a pris un rôle actif dans la lutte contre l'Union soviétique en Afghanistan, enrôlant également Ben Laden dans l'effort de guerre. Azzam avait prévu d'attaquer Israël et l'Europe après la guerre soviéto-afghane. Il ne reste pas clair qui était responsable de l'assassinat à la bombe d'Azzam à Peshawar, au Pakistan, le 24 novembre 1989.


Le gouvernement Palestinien a nommé une école après le terroriste Abu Ali Iyad . 
17. Le lycée Abu Ali Iyad pour les filles - Qalqilya
Le terroriste Abu Ali Iyad a été nommé chef des opérations militaires du Fatah en 1966 et a été responsable de nombreuses attaques terroristes contre des civils israéliens, y compris des attaques contre des civils dans quatre villes israéliennes.

Le gouvernement Palestinien a nommé une école après le terroriste Nash'at Abu Jabara .
18. L'école secondaire du Martyr Nash'at Abu Jabara pour les filles - Tulkarem

Le terroriste Nash'at Abu Jabara était membre du Hamas et un artificier créateur de bombes. Il a construit des ceintures suicides utilisées par des kamikazes qui ont mené de nombreuses attaques terroristes contre des civils israéliens.

Le gouvernement Palestinien a nommé deux écoles après le terroriste Abu Ali Mustafa .
19. L'école primaire Abou Ali Mustafa pour garçons - Jenin
20. The Abu Ali Mustafa Elementary School for Girls - Jenin
Le terroriste Abu Ali Mustafa a été le chef de l'organisation terroriste Front populaire pour la libération de la Palestine (PFLP), qui a mené de nombreuses attaques terroristes contre des civils depuis sa fondation en 1967 à travers la campagne terroriste palestinienne de 2000 à 2005 (l'Intifada).

Le gouvernement Palestiniena nommé deux écoles après le leader terroriste Mustafa Hafez.                                                   
21. L'école élémentaire Mustafa Hafez pour garçons - Khan Younis
22. L'école Mustafa Hafez - Gaza
Le chef de la terreur Mustafa Hafez était un officier de l'armée égyptienne qui a organisé des escadrons terroristes et qui a envoyé des terroristes à travers la frontière pour attaquer les civils israéliens dans les années 1950.

Le gouvernement Palestinien a nommé une école après le terroriste Izzat Abu Al-Rubb.
23. L'école secondaire Martyr Izzat Abu Al-Rubb - Jenin
Le terroriste Izzat Abu Al-Rubb était un chef militaire du Fatah qui a participé à un certain nombre d'attaques terroristes contre Israël.

Le gouvernement Palestinien a nommé deux écoles d'après le terroriste Izz A-Din Al-Qassam.
24. Le lycée du Martyr Izz Al-Din Al-Qassam pour garçons - Yaa'bad
25. L'école primaire du Martyr Izz Al-Din [Al-Qassam] - Jenin
Le chef de la terreur Sheikh Izz A-Din Al-Qassam était un prédicateur islamique influent, qui a mené un groupe terroriste musulman dans le mandat britannique de Palestine dans les années 1930. L'aile militaire du Hamas, qui a assassiné des centaines d'attentats suicides, est nommée d'après lui: les Brigades Izz A-Din Al-Qassam.
  
Le gouvernement Palestinien a nommé une école après le terroriste Osama Al-Najjar.
26. L'école Martyr Osama Al-Najjar - Khan Yunis
Le terroriste Osama Al-Najjar était le porte-parole des "Brigades des martyrs d'Al-Aqsa", l'aile militaire du Fatah, lors de la campagne de terreur de la PA (l'Intifada, 2000-2005). Les Brigades des martyrs d'Al-Aqsa ont été déclarées comme terroristes par Israël, les États-Unis, le Canada, l'Union Européenne et le Japon.

Le gouvernement Palestinien a nommé une école après le terroriste Kamal Adwan.
27. The Kamal Adwan High School for Boys - Tel Al-Sultan, Rafah
Le terroriste Kamal Adwan était responsable des opérations terroristes du Fatah en Israël et était un membre senior de l’organisation terroriste Septembre Noir, il a planifié et mené le meurtre de 11 athlètes israéliens aux Jeux olympiques de Munich (5 septembre 1972). Il a été tué par les forces israéliennes en avril 1973.

Le gouvernement Palestinien a nommé une école d'après le terroriste  Saa'd Sayel.
28. L'École élémentaire du Martyr Saa'd Sayel pour les garçons - Naplouse

Le terroriste Saa'd Sayel était un haut responsable du Fatah qui a dirigé les forces terroristes palestiniennes qui ont combattu au Liban au début des années 1980.

Voici une liste des écoles que l'AP a nommées d'après les collaborateurs nazis:

Le gouvernement Palestinien a nommé une école d'après le collaborateur nazi et criminel de guerre Amin Al-Husseini.
1. L'école élémentaire Amin Al-Husseini - El-Bireh
Amin Al-Husseini était le Grand Mufti de Jérusalem du temps du mandat britannique. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il a fui à Berlin, il était un collaborateur nazi et associé d'Hitler. Al-Husseini était sur la liste des criminels de guerre de la Yougoslavie et était responsable d'une division SS musulmane qui a tué des milliers de Serbes et des Croates. Lorsque les nazis ont proposé de libérer des enfants juifs, Al-Husseini a milité contre leur libération et, par conséquent, 5000 enfants ont été envoyés dans les chambres à gaz.
  
Rencontre d'Amin Al-Husseini avec Adolf Hitler (décembre 1941)
 
  
Le gouvernement Palestinien a nommé deux écoles d'après le collaborateur nazi Hassan Salameh.
2. L'école secondaire junior, Hassan Salameh pour les filles - Gaza
3. Hassan Salameh Elementary School - Gaza
Hassan Salameh était un chef des gangs arabes dans la région de Lod et Jaffa dans les années 1930 et 1940. Il était un fidèle compagnon du Grand Mufti de Jérusalem Haj Amin Al-Husseini, qui a passé la Seconde Guerre mondiale à Berlin soutenant l'effort de guerre nazi. En 1941, Salameh a été recruté pour devenir agent nazi et, en 1944, il a été envoyé en mission par les nazis dans le mandat britannique de Palestine, dans le but de lancer une révolte arabe contre les Britanniques et d'empoisonner les sources d'eau de Tel Aviv. L'intrigue a été découverte et contrariée par les Britanniques. En 1947, Salameh fut nommé par le Mufti comme commandant adjoint de l'armée du Saint-Jihad qui combattit Israël dans la guerre d'indépendance de 1948. En juin 1948, il a été tué au combat.

Les écoles du gouvernement Palestinien enseignent également aux enfants d'idolâtrer les terroristes à l'aide d'œuvres d'art et d'images. Par exemple, l'Artas High School for Girls près de Bethléem a choisi de mettre une photo de la femme kamikaze Ayyat Al-Akhras, âgée de 17 ans, au-dessus de l'entrée de l'école. Ayyat Al-Akhras a assassiné 2 civils dans un supermarché en 2002.
  
 
La légende porte cette louange: "La Martyre Héroïque".

L'uniforme scolaire dans une école élémentaire Dalal Mughrabi présente une image du terroriste. Les enfants palestiniens qui fréquentent cette école voient le visage de cette meurtrière terroriste tous les jours de la 1ère à la 8e année. 

 
  Logo de l'école et uniforme avec le visage de la terroriste Dalal Mughrabi 
[Page Facebook de Dalal Mughrabi Elementary School for Girls à Hebron, 
Publié le 2 novembre 2014]


Autres noms d'écoles du gouvernement Palestinien favorisant les attentats terroristes :

Un autre nom populaire porté par des écoles du gouvernement Palestinien, est le nom Al-Khansa, avec au moins huit écoles  nommées ainsi. Al-Khansa est honorée dans la tradition islamique et par le gouvernement Palestinien en tant que «La Mère des Martyrs». Une femme arabe et poète de la première époque de l'islam (7ème siècle). Elle est célèbre pour avoir envoyé ses quatre fils à la bataille et de s’être réjouie quand ils sont tous morts en martyrs. Elle a été louée par le gouvernement Palestinien et présentée comme modèle pour les mères. C'est ainsi que sa signification est expliquée dans un cahier du Gouvernement Palestinien pour les élèves de quatrième publié en 2002: 
"Al-Khansa a été témoin de la bataille d'Al-Qadisiyah avec ses quatre fils. Elle les a exhortés à se battre ... Ils ont combattu jusqu'à ce que tous tombent en martyrs. Quand elle a appris la nouvelle, elle a dit:" Loué soit Allah, lui qui m'a honorée par leur martyre ... "[Lecture et textes Partie II, 8e année, p. 13]
Le gouvernement Palestinien a nommé 8 écoles du nom de la «Mère des martyrs» , Al-Khansa.
  1. L'école élémentaire Al-Khansa pour les filles - Bethléem
  2. L'école primaire Al-Khansa pour les filles - Jenin
  3. L'école primaire Al-Khansa pour filles - Naplouse
  4. L'école primaire Al-Khansa pour les filles - Khan Yunis
  5. L'école primaire Al-Khansa pour filles - Rafah
  6. L'école primaire Al-Khansa pour filles - Yatta
  7. L'école secondaire Al-Khansa pour les filles - Absan Al-Kabira
  8. L'école pour garçons de la mère des martyrs - Bethlehem
Conclusion
Le gouvernement Palestinien proclame publiquement qu'il  promeut l'éducation à la paix. Mahmoud Abbas l'a récemment annoncé lors d'une conférence de presse avec US Pres. Donald Trump: «Je vous affirme que nous élevons nos enfants et nos petits-enfants sur une culture de la paix». [Conférence de presse de la Maison Blanche, 3 mai 2017]

Mais Abbas «embrassant une« culture de la paix »à Washington n'a pas de sens quand ses écoles à Ramallah embrassent une culture de la haine et du terrorisme. En effet, les jeunes palestiniens eux-mêmes se moquent de la revendication d'Abbas, car les enfants dans les écoles appelés pour les terroristes déclarent que ces terroristes sont leurs modèles

Action Requise
Si Mahmoud Abbas veut créer une culture de paix, il doit agir et pas seulement parler. Une première étape, minimale, serait d'annoncer qu'au cours de l'année à venir, le Gouvernement Palestinien changera les noms de toutes les écoles palestiniennes nommées d'après les terroristes et des criminels de guerre nazis. Cette étape sera certainement bienvenue à Washington ainsi que par la communauté internationale. Mais plus que cela, si cela s'accompagnait de la cessation de la glorification du terrorisme, ce serait une première lueur d'espoir que le gouvernement Palestinien pourrait vraiment vouloir devenir un partenaire pour la paix.

mardi 16 mai 2017

Signe de paix? Abbas fait élire maire d'Hébron un assassin, tueur de juifs.



Tayseer Abu Sneineh a été choisi par le Fatah, le parti du président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, pour diriger la liste du parti à Hébron. Même si le parti n’a remporté que sept des quinze sièges de la plus grande ville de Cisjordanie, selon les résultats officiels, Abu Sneineh pourra diriger le conseil municipal.
Abu Sneineh en 80 et aujourd'hui
Abu Sneineh est l’un des quatre terroristes palestiniens qui, le 2 mai 1980, ont attaqué un groupe d’Israéliens et de Juifs dans une allée de Hébron, tirant et jetant des grenades contre eux. 
Ils ont tué les ressortissants américains Tzvi Glatt et Eli HaZeev, le Canadien Shmuel Marmelstein et les Israéliens Hanan Krauthammer, Gershon Klein et Yaakov Zimmerman. Times of Israel

Vingt autres personnes avaient été blessées par l’attaque.
Les quatre terroristes ont tous été condamnés à des peines de perpétuité, mais ont été libérés dans le cadre d’échanges de prisonniers au cours de la décennie.
L’attaque a eu lieu le 2 mai 1980. Les élections de dimanche en Cisjordanie ont eu lieu exactement 37 ans après l’attentat selon le calendrier hébraïque, qui marquait le 17 Iyar.

lundi 15 mai 2017

Jordanie: l’autodéfense d'un Israélien est un CRIME ABOMINABLE

Un ressortissant jordanien de 57 ans a poignardé un policier israélien à Jérusalem avant d'être abattu par ce dernier qui est modérément blessé.
Le terroriste est entré en Israël avec un groupe de touristes il y a quelques jours.

Bien sûr, l'AFP ne peut s’empêcher de noter dans sa dépêche reprise par la presse française que l'attaque a eu lieu dans "JÉRUSALEM-EST OCCUPÉE" et de qualifier le terroriste : "attaquant".


voici la vidéo de l'attaque terroriste :



La Jordanie a signé un traité de PAIX avec Israël ....mais voici comment réagit un pays "ami":

« Le gouvernement israélien, en tant que puissance occupante, est responsable des tirs ayant coûté la vie à un ressortissant jordanien à Jérusalem-Est occupée », a dit le porte-parole du gouvernement jordanien Mohamed al-Momani dans un communiqué.
Le gouvernement jordanien « condamne ce crime abominable et demande à Israël tous les détails sur les circonstances » de cet incident, ajoute le communiqué.               Jordan Times adapté par Times of israel

dimanche 7 mai 2017

Ahmed Eid, Chirurgien , Professeur et chef de service à Jérusalem : Israël est une terre d'opportunités infinies, je lui dois tout.

Le professeur Ahmed Eid allumera une torche le jour de la fête de l’indépendance d'Israël
Israel Hayom adapté par Observatoire du moyen Orient le 6/5/2017

Il a grandi dans une famille nombreuse musulmane , c'est lui qui a effectué la première greffe de foie réussie en Israël et a donné une nouvelle vie à plus de 200 patients • La semaine prochaine il recevra sera honoré lors de la cérémonie officielle de la fête de l’indépendance d'Israël


Le Professeur Ahmed Eid, dirige le service de chirurgie générale à l'Hôpital du Mount Scopus Hadassah en Israël. C'est lui qui a réalisé avec succès la première opération de transplantation du foie.

En 35 ans de service a Jérusalem ce sont des milliers de patients qui sont passés entre ses mains , des patients dont les histoires sont des expériences entrecroisées de la ville et de l'État. Des victimes d'attaques terroristes, des soldats, des religieux, des Arabes israéliens, des athées, des terroristes. Mais l'appel qu'il a reçu lundi dernier a réussi à lui faire lâcher le téléphone.

"En l'honneur de notre avenir commun,  Juifs et Arabes - Ensemble"

C'est un médecin de l’hôpital Hadassah qui m'a appelé , " j’étais sûr que c’était un appel professionnel »" dit Eid. « Tout à coup, il a dit qu'il a entendu que je serai probablement pressenti pour allumer la flamme le jour de l'indépendance, et il a demandé mon avis. J'ai été choqué. Quand je me ressaisis, je l'ai dit que ce serait un grand honneur pour moi. Dans le choc j'ai même oublié de demander qui m'a recommandé."

« Ma femme, anesthésiste à Hadassah, s'est excitée et a demandé si elle pouvait le dire à la famille. Je lui ai dit de ne le dire à personne tant que ce n’était pas confirmé.
C'est seulement le lendemain, quand ils m'ont appelé de la part de la ministre de la Culture et du Sport Miri Regev, que j'ai réalisé que c'était vrai. Je ne digère pas encore ce fait. Je suis Ahmed, un médecin arabe en Israël, qui allume la torche le jour de l'indépendance en signe de la gratitude pour mon travail ».

Les collègues qui travaillent à ses côtés, ainsi que les patients, ont été moins surpris par le choix. Eid est un exemple de coexistence, de professionnalisme et de sensibilité aux patients. Bien qu'il ait construit sa carrière impressionnante de ses propres mains, il attribue son succès au système éducatif et médical, qui a reconnu son potentiel et qui l'a nourri. Sa modestie, il faut dire, n'est pas typique des médecins de sa stature.

« L'Etat est celui qui m'a fait. Point. Sans la bourse, que j'ai reçue au lycée et au collège, je ne pourrais pas être là où je suis aujourd'hui. Aucune porte ne s'est refermé sur moi, j'ai été accueilli à chaque poste que je voulais sans exigence en retour, et je n'ai jamais subi des manifestations de racisme. Grâce à la médecine j'avais remboursé l'état ».


Eid est né et a grandi dans le village Daburiya, au pied du Mont Tabor, d'une famille de dix enfants. Il a fréquenté l'école primaire dans le village et a reçu des notes élevées.

« Nous étions une famille pauvre parmi les pauvres. Sans terre, sans propriété et sans un clan, comme il est d'usage dans la majorité des familles arabo-musulmanes. Mon père Suleiman était la seule famille survivante d'Aid. Il a travaillé dans les raffineries de pétrole à Haïfa, et son départ du village nécessitait l'approbation du gouvernement militaire qui gérait à l'époque les villages arabes de Galilée. Il ne savait ni lire et écrire, et a exhorté les enfants à trouver du travail ».

A la fin de ses huit ans, Ahmed Eid s'est trouvé à la croisée des chemins. Ses parents ne pouvaient pas lui payer l'école secondaire, et il a bénéficié de bourses réservées aux étudiants d'exception issus de familles défavorisées.

Le voici lors de la cérémonie à partir de la 41 eme minute





Voici son passage extrait de la cérémonie :

video


« Je suis ici en l'honneur du médecin et les médecins, des infirmières et de tout le personnel de santé de Jérusalem qui consacrent leur vie à sauver des vies. »

« En l'honneur d'Israël, la terre d'opportunités infinies.
En l'honneur de la fraternité, en l'honneur du sacrifice, en honneur de notre avenir commun -. Juifs et arabes - ensemble. »







Présentatrice :  

Voici le Proffesseur Ahmed Eid , de Devoria dans le Galil.

Il a vécu à Jérusalem des nombreuses années et il dirige le service de chirurgie générale de l’hôpital Adassa du mont Scopus.  Le Professeur Eid est un des meilleurs chirurgiens d'Israël, c'est lui qui a effectué ici la premiere greffe réussie du foie. C'est un des fondateurs du centre national des greffes.

Dans le cadre de son travail , le Professeur Eid a sauvé la vie de centaines de patients, parmi lesquels de nombreuses victimes du terrorisme. Il soigne et il accompagne de nombreux étudiants dans les hôpitaux de la ville.

Cette longue activité médicale est représentative de l'unité spécifique à Jérusalem entre enfants de différentes ethnies et religions. Elle symbolise la responsabilité commune envers la vie. Le voici.

                                                                   Prof. Ahmed Eid :

Moi Ahmed , fils de Sliman et Aïcha Eid bénie soit leur mémoire  [expression juive traditionnelle après l’évocation d'un proche disparu ] , j'allume cette flamme en l'honneur de l'Etat d'Israël.

En l'honneur des médecins , femmes et hommes, des infirmières et des infirmiers. Ainsi que de tout le personnel de la santé de Jérusalem. Ils offrent leurs vies pour sauver les vies, pour la santé et la qualité de vie de tout être humain sans aucune distinction , du moment que c'est un humain.

En l'Honneur de la fraternité.

En l'honneur de du don de soi.

En l'Honneur d'Israël - Terre des opportunités infinies.

En l'honneur de l'avenir qui nous est commun à tous. Juifs et Arabes - Unis.

A la gloire de l'Etat d'Israël !  il allume la flamme.


Il est applaudi par la foule émue dont la blonde Sarah Netanyahou l'épouse du Premier Ministre et Miri Regev la ministre de la Culture.

samedi 11 mars 2017

La législation palestinienne "assassine les femmes deux fois"


La législation palestinienne "assassine les femmes deux fois"
Une ONG féministe palestinienne dénonce les peines réduites infligées aux violeurs et aux assassins de femmes
Une militante des droits des femmes:
"Dans 95% des cas de meurtre de femmes en Palestine, la famille renonce aux droits personnels [de la victime]."
"En Palestine , bon nombre des meurtres commis pour un héritage ou pour un différend politique sont requalifiés en "homicide d'honneur" pour réduire la peine."
  
Par Itamar Marcus et Yocheved T. Kolchin
Les groupes de défense des droits des femmes palestiniennes demandent la révocation d'un article de loi de Autorité palestinienne, qu'ils accusent de permettre aux criminels de s'en tirer avec une peine minime. 

Conformément à l'article 99 de la loi pénale n ° 16 de 1960, la famille d'une victime d'assassinat peut «renoncer à son droit personnel» à la justice et pardonner le crime. Dans de tels cas, la longueur et la sévérité de la peine sont réduites considérablement .
Mais, étant donné que la grande majorité de la violence subie par les femmes palestiniennes est intra-familiale, la famille de la victime est souvent aussi la famille du meurtrier. 

Victoria Shukri, directrice palestinienne du Projet des tribunaux des femmes dans l'organisation TAM a expliqué: «Dans 95% des meurtres de femmes en Palestine, il y a un renoncement au droit personnel [de la victime]."
Shukri organise une pétition adressée au Premier Ministre de l'Autorité Palestinienne, Rami Hamdallah, lui demandant de révoquer l'article 99. 
Shukri a donné un exemple de la façon dont la loi est détournée:

-"Un homme qui a assassiné sa femme dans l'une des villes palestiniennes est libéré après deux ans et demi ! 

-Pourquoi? 

-Parce que sa famille  [celle de l'assassin] a renoncé au droit personnel [de la femme, la victime] après une condamnation à 15 ans."
  
En outre, l'excuse de «meurtre d'honneur» est souvent détourné afin d'obtenir la clémence de la famille. Comme  a expliqué Shukri  :

"Bon nombre des meurtres en Palestine qui ont été perpétrés en raison de l'héritage ou de différends  politiques ou d'opinion sont requalifiés en cas de« meurtre d'honneur » dans l'unique but d'en réduire la peine."
Ma'an a cité en outre un cas datant d'Octobre dernier , dans lequel un tribunal Palestinien de Ramallah a condamné un violeur à seulement un an et demi de travail d’intérêt général. Selon l'article de la loi 296 du Droit pénal palestinien n° 16 de 1960, un violeur devrait recevoir un minimum de quatre ans d' emprisonnement de travaux forcés. Le tribunal Ramallah ne l'a condamné qu'à trois ans, et quand la famille de la victime du viol a décidé de renoncer à son droit personnel, la peine a été réduite de moitié. En outre, le tribunal a déduit le temps qu'il avait déjà passé en détention provisoire de sa peine. Au total, le violeur ne servira qu'un an de peine.
Palestinian Media Watch a rapporté une recrudescences des «crimes d'honneur» palestiniens en 2012 et 2014 . Selon le quotidien officiel Palestinien, 53% des femmes palestiniennes ont souffert de violence. Dans 45,9% des cas, la violence a été perpétré par le père de la victime, alors que dans 25,5% des cas , elle a été perpétrée par son frère.  [Journal Officiel Pelsitinien, Al-Hayat Al-Jadida , du 28 novembre 2014]. 



Yusuf Jabareen, un conférencier arabe israélien,l'a reconnu à la télévision Palestinienne : 

  
«Une partie de notre identité est de tuer les femmes,de battre les femmes ... Une partie de notre identité est d'attaquer les femmes -. Nous devons le reconnaître Chaque société a ses défauts et ses charmes. L'identité palestinienne a ses charmes, mais il y a des choses qui. nous avons adopté de la culture arabe depuis des siècles, qui nuisent à l'individu et à la femme. par exemple, au cours des derniers mois, regardez combien de femmes ont été assassinées à Lod, à Ramle, et à Akko ( St Jean d'Acre), et ainsi de suite. Cela fait partie de notre identité. "
[Télévision Officielle (Fatah), 24 Juin, 2012]
 
En 2015, Abbas a modifié la loi palestinienne pour punir les crimes d'honneur à l'identiques des assassinats. Toutefois, les partisans des droits des femmes palestiniennes disent que davantage doit être fait pour assurer la sécurité des femmes de la violence masculine.

Cliquez ici pour en savoir plus sur 
le statut des femmes dans la société palestinienne .
Ce qui suit est un extrait plus long de l'article en Ma'an décrivant comment l'article 99 permet l'erreur judiciaire:
Titre: "Article 99 tue les femmes à deux reprises"

"Le tribunal palestinien de Ramallah, a condamné le 19 octobre [2016] un homme de Tulkarem pour viol, en contradiction avec les directives de l'article 296 du code pénal [palestinien] de la loi n ° 16 de 1960, et l'a condamné à un an de travail pour trois ans. Toutefois, compte tenu de la renonciation au droit personnel »(c.-à-d un dispositif juridique par lequel la victime ou la famille de la victime peuvent renoncer aux droits de la victime), il a été décidé de réduire sa peine à un an et demi, et étant donné qu'il a passé la moitié de l'année en détention préventive jusqu'à son procès, sa peine  avait été réduite de ce temps. 

C'est ce qui ressort du communiqué de presse publié par le bureau du procureur.

Sur le même sujet, les institutions impliquées dans les droits des femmes, dirigés par les femmes des médias et le développement TAM, se préparent à présenter une pétition au Premier ministre Palestinien [Rami Hamdallah] lui demandant de révoquer et de suspendre l'utilisation de l'article 99 du code Penal , la loi n . 16 de 1960 en cas d'assassiner des femmes, qui prévoit des circonstances atténuantes aux crimes d'assassinat et qui permettent l'utilisation de la renonciation au droit personnel »comme l'une des raisons de réduction de la peine, qui est réduite de moitié, et ainsi, le criminel n'est condamné qu'à quelques années, après quoi il sera libre, après avoir commis un crime terrible contre sa sœur, sa mère, son épouse ou sa fille.

Le Directeur de l'organisation TAM Victoria Shukri a déclaré à l'agence de nouvelles palestiniennes Ma'an que ... 
       -"Un homme qui a assassiné sa femme dans l'une des villes palestiniennes est libéré après         deux ans et demi ! 

-Pourquoi? 
-Parce que sa famille  [celle de l'assassin] a renoncé au droit personnel [de la femme, la victime] après une condamnation à 15 ans."

Ceci est un exemple présenté par Shukri, qui a même ajouté: «Les statistiques montrent que dans 95% des cas de meurtre de femmes en Palestine la famille renonce au droit personnel.
...
Shukri a dit que la plupart des meurtres en Palestine qui ont été perpétrés en raison de l'héritage ou politiques arguments sont modifiés à des cas de «l'honneur» afin de réduire la peine et [appliquer] la renonciation au droit personnel. »

Le site MAAN publie l'article exclusivement en ...Arabe pour que les occidentaux ne soient pas mis au courant de ce scandale qui ferait perdre la face aux palestiniens . Un exemple de plus de la différence entre la culture occidentale basée sur la dualité innocence/culpabilité, qui pratique l'introspection personnelle et collective basée sur la recherche de la vérité , et la culture arabe basée sur la dualité honneur/honte où il est plus important que la vérité demeure cachée pourvu que cela sauve la face. 

Je le reproduis ici au cas où il serait effacé comme c'est souvent le cas... 



نشر بتاريخ: 07/03/2017 ( آخر تحديث: 09/03/2017 الساعة: 18:52 )
بيت لحم- تقرير وجدي الجعفري - معا- "أدانت محكمة رام الله في التاسع عشر من تشرين الثاني الماضي شخصا من مدينة طولكرم بتهمة هتك العرض خلافا لأحكام المادة 296 من قانون العقوبات رقم 16 لسنة 19600، وحكمت عليه بالأشغال الشاقة المؤقتة لمدة 3 سنوات، ونظرا لإسقاط الحق الشخصي تقرر تخفيض العقوبة المقررة بحقه لتصبح مدة سنة ونصف محسوما منها المدة التي امضاها موقوفا على ذمة هذه القضية". بيان صحفي صادر عن النيابة العامة.
وفي ذات السياق تستعد مؤسسات تعنى بحقوق المرأة على رأسها جمعية تنمية واعلام المرأة "تام" لتقديم عريضة الى رئيس الوزراء تطالبه فيها بضرورة الغاء وتجميد العمل بالمادة #99 من قانون العقوبات رقم (16) لسنة 1960 في قضايا قتل النساء التي تأخذ في الأسباب المخففة لجرائم القتل وتسمح لآستخدام اسقاط الحق الشخصي كاحد الأسباب لتخفيف العقوبة والتي تصل الى النصف ويتم خلالها الحكم على المجرم بسنوات مخففة، يصبح حرا بعد تنفيذه جريمة بشعة بحق أخته أو أمه او زوجته أو ابنته.
فيكتوريا شكري مديرة مشروع محاكم النساء في مؤسسة تام قالت لـ معا ان الحملة التي قامت بتنفيذها تام لمناسبة الحملة العالمية لمناهضة العنف ضد النساء، وتحت عنوان "الصمت يقتلنا ولن نسقط حقنا الشخصي عن معنفينا"، نتيجة لآستمرار ظاهرة اسقاط الحق الشخصي في قضايا قتل النساء، في ظل وجود قانون فلسطيني أساسي يقر بمبدأ المساواة وعدم التمييز والتوقيع على اتفاقية سيداو في العام 2014 التي تنبذ كل اشكال الجريمة والتمييز ضد النساء.
"شخص قتل زوجته في احدى المدن الفلسطينية، وافرج عنه بعد سنتين ونصف! والسبب؟ تنازل عائلته عن الحق الشخصي بعد ان كان محكوما بـ 15 عاما". مثال حي طرحته شكري مضيفة: الاحصائيات تظهر ان 95 % من قضايا قتل النساء في فلسطين يتم التنازل عنها في الحق الشخصي.
قضايا قتل سببها الميراث والخلافات السياسية تحمل اسم "الشرف"
وقالت شكري ان الكثير من قضايا القتل في فلسطين كانت خلفيتها الميراث أو خلافات سياسية يتم تجييرها  لقضايا "ما يسمى بـالشرف" من أجل تخفيف العقوبة وإسقاط الحق الشخصي.
ووقع على هذه العريضة التي تم الاعلان عنها في 25 تشرين الثاني 2016 نحو 6 الاف مواطن يمثلون المؤسسات والجامعات، وتسعى الجمعية بالتعاون مع المؤسسات المستهدفة في المشروع والائتلاف الشبابي والإعلامين والإعلاميات للوصول الى اكبر عدد من التواقيع لرفعها الى مجلس الوزراء ومن ثم للرئيس للمصادقة عليها.
وتقول شكري ان العريضة تطالب بتقييد العمل بالمادة #99 من قانون العقوبات المعمول به حاليا، والخاصة بالظروف او الأسباب المخففة القضائية في قضايا قتل النساء، لحين اقرار قانون عقوبات فلسطيني جديد عادل ومنصف.
وتؤكد انه لا يجوز اسقاط الحق الشخصي في قضايا قتل النساء.
وتطالب بتعديل الاجراءات في الشرطة والنيابة والقضاء لتصبح سهلة وسريعة، تعزز من وصول النساء للعدالة ومحفزة لهن بعدم التنازل عن حقوقهن.
ما هي المادة 99؟
تنص المادة 99 من قانون العقوبات رقم 16 لسنة 1960 تحمل عنوان: العقوبات على الجرائم عند توفر اسباب مخففة
إذا وجدت في قضية أسباب مخففة قضت المحكمة:
1 -بدلاً من الإعدام بالأشغال الشاقة المؤبدة أو بالأشغال الشاقة المؤقتة من عشر سنين إلى عشرين سنة.
2 -بدلاً من الأشغال الشاقة المؤبدة بالأشغال الشاقة المؤقتة من خمس سنوات إلى خمس عشرة سنة وبدلاً من الاعتقال المؤبد بالاعتقال المؤقت مدة لا تقل عن خمس سنوات.
3 -ولها أن تخفض آل عقوبة جنائية أخرى إلى خمس سنوات.
4 -ولها أيضاً ما خلا حالة التكرار، أن تخفض أية عقوبة لا يتجاوز حدها الأدنى ثلاث سنوات إلى الحبس سنة على الأقل.
3 نساء قتلن على يد أشقائهن وواحدة قتلها زوجها
وتظهر احصائيات نيابة حماية الاسرة من العنف في النيابة العامة ان 9 نساء قتلن تم توثيقها في النيابة في العام 2016 ، جميعهن توجد صلة قرابة بين الجاني والضحية.
وتوضح النيابة لوكالة معا: ان 3 نساء قتلن على يد اشقائهن، فيما قتلت امرأتين على يد والدهن، وواحدة على يد ابنها واخرى من قبل زوجها.
اما حسب التوزيع الجغرافي، فتظهر احصائيات النيابة ان رام الله اكثر محافظة شهدت جرائم قتل بحق النساء من الاقارب حيث وصل العدد لـ 3 نساء يليها نابلس وجنين والخليل وسلفيت.
لكن جمعية "تام" تشير الى انه منذ عام 2010 وحتى منتصف 2015، قُتلت أكثر من 70 امرأة صنفها القانون تحت مسمى جرائم الشرف في الأراضي الفلسطينية. وفي العام 2016 تم توثيق 18 حالة قتل للنساء، هذه الجرائم ترتكب بدوافع مختلفة مثل الميراث أو السيطرة على الموارد أو الانتقام أو تسوية الخلافات...الخ.
وتقول الجمعية ان مرتكبي الجريمة يدعون ان فعلتهم تم تنفيذها للحفاظ على ما يسمى بشرف العائلة، للإستفادة من بنود تخفيف العقوبة "العذر المحل والعذر المخفف واسقاط الحق الشخصي.".
"قانون تقتل مرتين "
المحامية باسمة جبارين مدير مركز حماية وتمكين المرأة والأسرة (محور) قالت ان اسقاط الحق الشخصي يعطي القاضي حق السلطة التقديرية في الحكم بالقضية حسب قرارات محكمة التمييز، ويصدر حكمه بناء على الادلة.
وأضافت ان اسقاط الحق الشخصي قد يخفض الحكم الى اكثر من النصف. "هذا القانون يشجع على القتل، المرأة خلاله تقتل وتظلم مرتين، مرة قبل وفاتها ومرة وهي تحت التراب" تقول جبارين.
وطالبت جبارين بتطبيق القانون وتجميد المادة المختصة بالحق الشخصي، حتى يأخذ المجرم جزاءه ويعاقب على ما اقترفه من جرائم.
وتأمل جبارين من مجلس الوزراء المصادقة على العريضة في محاولة لاخذ النساء حقهن والحد من جرائم القتل.
"الحكومة لا تأخذ قضايا النساء على محمل الجد "
بدورها تساءلت الاعلامية ناهد ابو طعيمة: لماذا لا تؤخذ قضايا النساء على محمل الجد لدى الحكومة الفلسطينية؟
وقالت: الرئيس عندما صادق على اتفاقية سيداو قرر تشكيل لجنة تنظر في كل منظومة القوانين الخاصة بالنساء، لكن حتى اللحظة لم يتم اتخاذ أي قرار في هذا الشأن.
واضافت ان العريضة خطوة في الاتجاه الصحيح لكنها غير كافية، المطلوب بتغيير جذري في القوانين وحماية حقوق المرأة الفلسطينية، مطالبة في في هذه المناسبة التي تصادف الثامن من آذار يوم المرأة العالمي برفع صوت النساء عاليا.